gaz de schiste alger

Alger favorable au gaz de schiste ?

En 2013, les autorités algériennes n’ont pas approuvé les autocars de militants altermondialistes partant à Tunis pour le FSM (Forum Social Mondial). Mais cette année, elles ont autorisé ces militants à s’y rendre. La délégation algérienne est même la plus importante et compte des partisans du président Bouteflika sur ses rangs.

La compagnie pétrolière Sonatrach et plusieurs organismes rattachés au gouvernement ont essayé de défendre l’exploitation de gaz de schiste lors de ce FSM. Or, il faut rappeler que ce forum repose principalement sur l’écologie.

Mahmah Bouziane s’était présenté en tant que partisan du développement durable et spécialiste des énergies renouvelables. Il a présenté des schémas et des chiffres indiquant qu’il n’y a aucun risque environnemental sur l’exploitation de ce gaz. À la place des substances chimiques, il suggère l’usage de l’hélium.

Dans la salle de conférence, ceux qui ont assisté se moquent rapidement de lui. Un jeune partisan anti-gaz de schiste s’est écrié en annonçant que ces allégations sont sans fondements. Pour appuyer les dires de Mahmah Bouziane, le conférencier a fait appel à un technicien de Sonatrach.

Une importante délégation

En tout, la délégation algérienne comptabilise autour de 1200 personnes. Chacun portait une casquette verte et un tee-shirt portant les couleurs de l’Algérie. Selon plusieurs témoins, des personnes vêtues de ce genre de tenue avaient saccagé plusieurs stands des organismes marocains et ont hurlé des slogans relatifs au Sahara occidental.

Du côté de la salle de conférence, l’atmosphère devient de plus en plus tendue. Les militants écologistes montrent les effets environnementaux de cette exploitation. Ils avancent aussi l’existence de censures et de répressions. Selon eux, les autorités algériennes n’écoutent pas les populations qui sont réellement concernées par ce problème.

D’après Mouhad, natif d’Ourgala (près d’In-Salah), une campagne contre l’exploitation de ce gaz avait déjà commencé avant l’adoption du décret favorisant l’exploitation. Lors des premiers forages, les militants anti-gaz de schiste ont fait du porte-à-porte en vue de sensibiliser la population locale sur les dangers de l’exploitation de ce gaz.

Laisser un commentaire