Des pistes pour le financement d’une création d’entreprise

Une aide financière permet de booster son activité, et pour ce la, de nombreux systèmes ont été conçus pour cela.

Prendre des précautions

Ce dispositif vise à intégrer vos proches, notamment votre famille et vos amis, dans votre entreprise en étant des actionnaires de votre entreprise, et cela même au début. Mais pour ce faire, il est essentiel d’avoir de nombreux proches pour pouvoir disposer de fonds intéressants. Cela peut entraîner des problèmes de gouvernance plus tard, car il est certain qu’ils vont donner leur avis en ce qui concerne le bon développement de votre entreprise. De ce fait, il est recommandé de concevoir un pacte d’actionnaires ou bien fixer les statuts de la société au départ.

Prêt d’honneur

Les montants d’un prêt d’honneur, qui sont accordés sans intérêt, se diffèrent selon les organismes (entre 10000 à 50000 euros). L’objectif est que chaque entreprise puisse renforcer ses fonds propres et qu’elle puisse bénéficier d’un crédit bancaire, allant de deux à sept fois le montant du prêt d’honneur. Cependant, il faut savoir qu’un prêt d’honneur est obtenu par le biais de la présentation d’un dossier écrit et solide, suivie d’un oral devant un jury.

Le crowdfunding

En France, de nombreuses plates-formes de financement participatif comme Ulule, KissKissBankBank ou My Major Company sont accessibles. Ce système réuni des internautes qui veulent investir dans un projet de création d’entreprise. Il est recommandé d’opter pour les plates-formes de dons qui offrent jusqu’à 100.000 euros, et les prêts de 100 000 à 150 000 euros. Si vous voulez avoir plus, il vous est conseillé de vous diriger vers les plates-formes d’investissement. Dans tous les cas, il est primordial de persuader les internautes à investir dans votre projet.

Microcrédit

Les seniors sans activité, les demandeurs d’emploi ou les allocataires n’ont pas de chance de se procurer un crédit bancaire classique. Cependant, des prêts allant jusqu’à 10000 euros leur sont accessibles avec un taux d’intérêt variant de 6,78 à 7,78 %, via un microcrédit. Les organismes qui leur accordent des crédits de ce genre offrent un remboursement allant de 6 à 48 mois. Mais il est possible de demander un différé de remboursement selon l’organisme.

Plusieurs aides spécifiques

Un dispositif appelé Nacre ou Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise est disponible pour les demandeurs d’emploi. Ce système se compose d’un accompagnement individualisé et d’un prêt à taux zéro allant de 1000 à 8000 euros, marié obligatoirement d’un prêt bancaire. Une trentaine d’organismes en France œuvrent dans le dispositif Cap’Jeunes de France Active pour solliciter les moins de 26 ans, avec lequel ils leur font bénéficier d’un accompagnement et une subvention de démarrage de 2000 euros environ. Aussi, Bpifrance fait bénéficier d’un prêt d’amorçage allant jusqu’à 75 K euros pour un le lancement d’un projet innovant.

Capital-risque solidaire

Des clubs d’investisseurs informels font des offres d’investissements allant de 1500 à 100 000 euros, sur une durée de 5 à 7 ans, pour une entreprise solidaire, c’est-à-dire une entreprise œuvrant dans les services aux personnes, ou public en insertion. Une fois que la période est à son échéance, il est possible de racheter les parts de la structure ou les vendre à des particuliers ou des institutionnels.

Les concours

Des collectivités locales, des fondations et des entreprises élaborent fréquemment plusieurs concours d’aide à la création d’entreprise. Ces derniers sont récompensés par des aides financières pouvant aller jusqu’à 100.000 euros, et/ou des conseils. Ils peuvent aussi contribuer à la crédibilité d’une entreprise vis-à-vis des partenaires, des futurs clients et des banques par le biais des retombées dans la presse et les manifestations d’intérêt d’autres organisateurs de concours.

Si vous souhaitez des conseils en pilotage de projets, n’hésitez pas a vous rendre sur Aciprojets.com

Laisser un commentaire