manifestation mncp

Instabilité Social : Des Français enragés, mais qui se résignent

Le MNCP connait bien la violence sociale. Chaque mois, l’association rencontre fréquemment ces nouvelles personnes en situation de précarité. Beaucoup des chômeurs se plaignent de ne plus avoir les moyens de payer leur loyer et de ne pas bénéficier de l’aide du gouvernement. En outre, ils se demandent pourquoi il n’y a aucune mobilisation en France face à cette situation. La dernière manifestation des chômeurs était au mois de juillet, lors de la protestation contre le contrôle obligatoire.

 

Des relations sociales qui se dégradent

Il s’agit d’une situation sans précédent en France : 3.5 millions de chômeurs se trouvent en catégorie A et 5.4 millions de chômeurs dans toutes les catégories. Malgré cela, il y a de moins en moins de mobilisations sociales. En effet, si en mars 2014, plus de 240 000 personnes ont été rassemblées par l’intersyndicale, on ne comptait que 100 000 manifestants durant le 1er mai 2015. Aussi, la loi Macron a été acceptée sans aucun appel national à la grève.

Du côté du gouvernement, cette situation montre qu’il y a un bon dialogue social. Cela a été confirmé en fin octobre par la ministre du Travail qui a avoué que les relations sociales se portent parfaitement bien avec la signature de plus de 35 000 accords d’entreprises.

Mais les observateurs affirment que cette démobilisation se traduit par une importante résignation. Ce fait n’est pas étonnant en cas de crise durable, car selon eux, il n’y a que peu de conflits en cas de fort taux de chômage et durant une période de décroissance. Il y a également ce sentiment d’injustice. Avec l’importance des inégalités, beaucoup pensent que leur malheur viendrait des privilèges des autres. Mais malgré le manque de mobilisation, les colères se multiplient. Toutes les professions sortent progressivement les pancartes : avocats, policiers, agriculteurs…

 

De plus en plus de mouvements citoyens

Actuellement, on remarque de plus en plus de revendications. Mais étant trop différentes, les spécialistes affirment qu’elles ne risquent pas encore de conduire à une véritable révolution. De plus, les pouvoirs publics ne commettent pas encore d’erreurs graves.

Par ailleurs, on constate aussi la formation de mouvements citoyens. À titre d’exemple, la Vague citoyenne a apporté son soutien aux salariés durant l’affaire Air France. D’autres collectifs pourraient se former d’ici quelque temps pour dénoncer les problèmes actuels.

 

Laisser un commentaire