Le PS perd une trentaine de départements

Le PS perd une trentaine de départements

Durant les départementales, le Parti Socialiste a perdu environ 30 départements. Cela entraine une conséquence financière très lourde pour le parti.

Si le PS détenait auparavant 61 départements, elle n’en possède plus que 34 lors du 2nd tour des départementales. Par conséquent, les conseillers départementaux du parti sont contraints de remettre chacun entre 5 et 10% de leur salaire (soit 1 400 à 2 000 euros) de cotisation annuelle à l’association de leur département. Avec cette perte de place, le PS ne peut plus espérer les 2 millions d’euros. Également, entre 20 et 50 personnes risquent de perdre leur poste dans chaque département.

Une suite des municipales

L’échec lors de ces dernières départementales succède à celui des municipales en 2014. L’année dernière, environ 2 000 membres du parti avaient été mis à la porte lorsque 150 communes avec plus de 10 000 habitants n’ont plus élu le Parti Socialiste pour occuper les mairies.

Avec cet échec de 2015, le parti devra songer à gérer les dépenses centrales et fédérales. En décembre, il avait déjà été évoqué un éventuel départ du PS de son siège à Paris.

Des indicateurs au rouge

Pour enfoncer le clou, l’État a réduit de 10% le financement accordé aux partis politiques. Ainsi, le PS a perdu 3 millions d’euros en 2014. Le budget du parti est donc allé de 30 millions à 27 millions d’euros.

À cela s’ajoute l’hémorragie que subissent les militants provoquant une baisse de 60% des cotisations. Si pour 2014, le PS espérait 2.3 millions d’euros de recettes d’adhésion, il n’a pu obtenir que 530 mille euros en tout.

Par ailleurs, la cotisation des élus baisse également pour le parti. La cause étant que le PS a perdu de nombreux sièges lors des municipales de 2014 et des départementales de 2015.

Selon les observateurs, le parti devrait reconsidérer ce que Ségolène Royal a prévu : vendre l’hôtel où siège le parti dans le VIIe.

 

Laisser un commentaire